APOC, talonneurs et pinoches

L’APOC, Association des Plaisanciers Ouvreurs de Coques, est une institution bien connue sur les côtes du Trégor et du Goëlo. Vous pourrez y voir nombre de voiliers arborer un large autocollant au logo reconnaissable, puisqu’il s’agit de la balise noire et rouge, à deux boules noires, signalant le « danger isolé ».

Une association qui célébrerait les plaisanciers négligents ou pour le moins distraits, sous-estimant le « pied de pilote », tenant peu de cas des Instructions Nautiques, des horaires de marées ou des cartes du SHOM, cherchant toujours la limite du tirant d’eau, en particulier lors des régates acharnées du côté de Bréhat ? Un club au sein duquel la devise serait « quand les mouettes ont pied, il est temps de virer » ?

Oui, l’APOC est tout cela, et bien plus encore, une organisation qui mériterait d’être reconnue d’utilité publique tant elle contribue à dédramatiser les fortunes de mer aux dégâts seulement matériels.

En effet, si les plaisanciers – et les autres – ont généralement eu- jusqu’à présent- une propension à dissimuler leurs erreurs de navigation, à cacher les creux dans la tôle, les trous dans les bordés, les quilles déformées, c’en est fini de tout cela, les voici déculpabilisés, et même honorés. Car l’APOC leur remettra peut-être un trophée à l’issue de la saison, une « pinoche d’honneur »… même s’ils ne se sont pas vantés de leurs mésaventures, car la délation est bien entendu favorisée et encouragée comme il se doit…

 

Tout commença un beau matin à Lézardrieux, où Gildas Jannin, qui devait se rendre à un mariage, se planta sur un banc de sable avec son Ecume de mer. La noce au grand complet, après l’avoir attendu devant la mairie, finit par défiler le long du quai pour railler les marins déconfits. Notre navigateur décida alors de constituer une association caritative, visant à réconforter les voileux distraits ou malchanceux lors de leur sortie du week-end.

L’idée vient rapidement, au sein de l’équipe de passionnés de voile et de régates qui entoure Goldas, de décerner un « Trophée du Talon dor » « au membre du groupe qui vécut la fortune de mer la plus épique, cocasse ou inattendue au cours de l’année ».

L’APOC était née : son objet social, tel que défini en mai 2000, consiste en «  Echanges et soutiens entre plaisanciers avec une sympathie particulière pour les talonneurs de roches et autres tâteurs d’obstacles n’ayant rien à faire là. »

L’association a vite trouvé des adhérents nombreux, elle organise chaque année la régate APOC Inter-entreprises qui réunit à la Pentecôte une soixantaine de voiliers dans les chenaux de Bréhat, remet ses trophées lors de la fameuse régate des Lilas Blancs de Loguivy début septembre, et participe au Salon Nautique de Paris.

Elle tient son A.G. en décembre, la veille de la régate des Pieds Gelés, et réélit immanquablement son Président-Fondateur, qui s’est depuis avéré être un despote, puisqu’il s’est lui-même promu depuis Commodore à Vie, puis… Empereur.

Son Altesse Impériale a toutefois la fibre sociale, puisqu’il reçoit chaque 14 juillet la plèbe apoquienne pour une Garden Party inégalable…

Vous l’avez compris, l’APOC est une affaire sérieuse.

Et qui n’a pas entendu, béat d’admiration un discours impérial (écrit par son « nègre » officiel), qui n’a pas admiré les superbes pinoches d’honneur réalisées dans l’atelier de Polo, ne peut se déclarer un plaisancier comblé.

Vous le devinez aussi, l’APOC ne peut fonctionner au plein de ses capacités qu’en favorisant la délation (on ne se méfie jamais assez de son voisin de ponton), et les dénonciations, encouragées par une ligne directe 24h/24, sont récompensées par la distribution généreuse de…pastilles Vichy.

L’APOC, après 12 ans d’existence, est toujours aussi dynamique, et même en train d’essaimer, puisqu’après l’existence d’un consulat parisien, un second établissement consulaire doit être ouvert à Saint-Malo très prochainement.

Alors, n’attendez pas plus, allez voir l’actualité de l’APOC sur : http://apoc.infos.over-blog.com , et ne manquez pas de dénoncer les « pocs » sur  apoc.lezardrieux@yahoo.fr !